Ces 8 programmes gouvernementaux renforcent l'écosystème des startups indiennes

Ces 8 programmes gouvernementaux renforcent l’écosystème des startups indiennes

“De nos jours, on entend tout autour de nous, startup, startup, startup. C’est vrai que c’est l’ère des startups et c’est aussi vrai que dans le domaine des startups, d’une certaine manière, l’Inde est en tête du monde”, dit PM Modi.

Au cours des dernières années, l’Inde a créé un écosystème solide pour les startups et les entrepreneurs. Le pays abrite désormais le troisième plus grand écosystème de startups au monde, selon le rapport Economic Survey 2021-22 publié plus tôt cette année.

Terminé 60 000 startups opèrent en Inde, et le pays compte désormais plus de 100 licornes. Cependant, tous n’ont pas les bonnes ressources pour prospérer dans l’écosystème et créer une forte présence.

Le gouvernement indien soutient activement les startups et les entrepreneurs en lançant divers programmes et initiatives pour former et fournir aide financière, soutien technique, subventions et d’autres services essentiels à ces entrepreneurs et startups pour alimenter leur croissance.

Ces initiatives jouent un rôle essentiel dans le parcours de ces entrepreneurs pour bâtir leur entreprise et laisser une brèche dans le monde. Avec le soutien du gouvernement, ces startups obtiennent une reconnaissance mondiale et peuvent également attirer des investisseurs étrangers.

Voici la liste des programmes gouvernementaux lancés pour créer, développer et encourager les startups et les entrepreneurs :

Programme SAMRIDH

Le Schéma SAMRIDH est conçu pour améliorer l’écosystème des accélérateurs de startups en Inde. Il a été lancé par le nouveau ministre de l’électronique, de l’information et de la technologie (MeitY), Ashwini Vaishnaw, qui aide les startups dans le développement, la croissance et l’innovation de produits.

Il est conçu pour fournir un soutien financier aux startups tout en les aidant à rassembler des ensembles de compétences qui les aideront à se développer avec succès.

L’initiative vise à accélérer environ 300 startups en leur offrant une connexion avec les investisseurs, une connexion avec les clients et d’autres opportunités d’expansion mondiale au cours des trois prochaines années.

Il est suggéré que Centre de démarrage MeitY (MSH) agir en tant qu’agence d’exécution pour SAMRIDH. Il prendra des parts dans des startups pour la contribution du gouvernement via SAFE/Promissory Note, tout comme un accélérateur.

Programme de subvention multiplicateur (MSG)

Initié par le Département de l’électronique et des technologies de l’information (DeitY), le Programme de subventions multiplicatrices vise à renforcer la collaboration recherche et développement (R&D) entre l’industrie et les institutions/universitaires pour le développement de produits et de packages.

Le programme vise à combler l’écart entre la R&D et la preuve de concept ainsi qu’entre la mondialisation et la commercialisation. Cela contribue également à stimuler la croissance des biens et services locaux et à l’accélérer.

Les subventions gouvernementales seraient limitées à un montant maximum de Rs 2 crore par projet, et la durée de chaque projet pourrait être nettement inférieure à deux ans. Cela ira jusqu’à Rs 4 crore et comprennent trois années d’association avec l’industrie.

IEDC nouvelle génération

Une initiative lancée par le Conseil national de développement de l’entrepreneuriat scientifique et technologique relevant du Département de la science et de la technologie du gouvernement indien (GoI), appelée Centre de développement de l’innovation et de l’entrepreneuriat NewGen, vise à inculquer l’esprit d’entrepreneuriat et d’innovation par le mentorat, le soutien, et l’orientation.

Il s’agit d’un programme de cinq ans qui serait offert dans les établissements d’enseignement. L’initiative vise à soutenir jusqu’à 20 nouveaux projets. L’institut sélectionné recevra une subvention financière pouvant atteindre Rs 25 lakh et des dépenses récurrentes pouvant atteindre Rs 10 lakh.

Dans le cadre de ce programme, les étudiants seront encouragés à entreprendre des projets d’innovation avec possibilité de commercialisation.

SMAM

Initiative lancée par le gouvernement indien en 2014-2015, le Sous-mission sur la mécanisation agricole (SMAM)vise à étendre la portée de la mécanisation agricole aux petits agriculteurs marginaux dans les zones où la disponibilité de l’énergie agricole est suffisamment faible pour stimuler la productivité.

Dans le cadre du SMAM, le gouvernement central et les États contribueront respectivement à hauteur de 75 % et 25 %.

Le régime vise à promouvoir les centres d’embauche de clients pour compenser l’impact économique négatif résultant de la petite propriété foncière et du coût élevé de la propriété individuelle.

Il vise également à sensibiliser les parties prenantes par le biais d’activités de renforcement des capacités et de démonstrations, et fournira également une aide financière aux petits agriculteurs marginaux pour la location d’outils et de machines dans les régions peu mécanisées.

En particulier, l’initiative vise à vulgariser la technologie pour la transformation primaire, le stockage/transport scientifique à faible coût, la valeur ajoutée et la gestion des sous-produits des cultures grâce au renforcement des capacités et aux démonstrations par les agriculteurs et les utilisateurs finaux.

(Image représentative)

Programme de développement de l’entrepreneuriat laitier

Le DEDS (Dairy Entrepreneurship Development Scheme) est un programme lancé par le Département de l’élevage, de la pêche et de l’industrie laitière pour créer des opportunités d’emploi indépendant dans le secteur laitier.

Ces opportunités comprendront des activités telles que l’amélioration de la production, du transport, de l’approvisionnement, de la transformation, de la conservation et de la commercialisation du lait en fournissant un capital de soutien pour des projets bancables de 25 % du coût total du projet pour les candidats de la catégorie générale et de 33,33 % pour les agriculteurs. dans la catégorie SC/ST.

Le programme vise à apporter des changements à la structure du secteur non organisé et à garantir que la première transformation du lait ait lieu dans les villages.

Système d’enregistrement à point unique

Le SPRS (Single Point Registration Scheme) a été lancé en 2003 par la National Small Industries Corporation (NSIC). Le NSIC enregistre les MSE (micro et petites entreprises en Inde sous SPRS) pour leur permettre de participer aux achats du gouvernement.

Ces entreprises sont classées en micro, petites ou moyennes en fonction du montant de l’investissement. Les unités MPME éligibles reçoivent un certificat d’enregistrement Udyog Aadhar. Plus de 358 articles sont réservés aux achats exclusifs auprès des MPME.

Les UAP et les départements ministériels centraux doivent fixer un objectif annuel d’achat d’au moins 20 % de leurs achats annuels totaux auprès des MPME.

Le régime d’aide au capital-risque (VCA)

Le programme d’aide au capital-risque a été lancé par le Small Farmers Agri-Business Consortium (SFAC) pour le bien-être des agriculteurs-entrepreneurs et pour développer leurs entreprises. Il promeut l’accompagnement et la formation des agro-entrepreneurs.

L’initiative a été approuvée par les institutions financières et les banques réglementées par la RBI. Il vise à offrir une aide sous forme de prêts à terme aux agriculteurs afin qu’ils puissent répondre aux besoins de financement pour la réalisation de leur projet.

Le montant du prêt sera 26 pour cent des fonds propres du promoteur. Le montant maximal des prêts offerts dans le cadre de ce régime sera de Rs 50 millions.

Système de certification ZED

Le programme Zero Defect Zero Effect (ZED) a été lancé en 2016 par le gouvernement indien pour sensibiliser les MPME à la fabrication de ZED et les motiver à évaluer leur entreprise pour ZED et les soutenir.

L’initiative indique également la production, l’efficacité de la fabrication, l’amélioration des ressources humaines, la qualité, l’efficacité financière, les économies d’énergie, l’atténuation, la pollution, et comprend les droits de propriété intellectuelle et la conception des produits et des processus.

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.