Football

Peter Bosz, un ultimatum et des doutes

La suite après cette publicité

« Si c’est moi qui fais la saison de Lyon cette année, à la place Peter Bosz, je me fais découper toute la saison. Ce qui lui a été épargné. (…) si ça avait été moi, ce n’est pas que vous m’auriez arrangé, vous m’auriez découpé, laminé ! », expliquait ces dernières heures Bruno Genesio sur RMC, comparant le traitement médiatique de Peter Bosz par rapport au sien lorsqu’il était sur le banc du club rhodanien. Cette petite sortie de l’actuel coach de Rennes est partagée par de nombreux observateurs et supporters de l’OL qui auraient d’ailleurs aimé voir le technicien néerlandais se faire résistant durant l’été.

Mais Peter Bosz a été conforté à son poste après une saison 2021-22 (8e de Ligue 1) en tout point catastrophique pour un club du standing de Lyon. Bien que sixième du championnat de France après 8 journées et un début de calendrier très favorable, l’OL version Bosz ne convainc toujours pas, et ce, malgré les cartons perdus face à Troyes (4-1) et Angers (5-0) . Car depuis trois matchs, rien ne va plus. Plus que décevant face à Lorient (défaite 3-1) avec un Thiago Mendes catastrophique en défenseur central, l’OL n’a peut-être fait mieux à Louis II face à Monaco (défaite 1-2) puis face au PSG au Groupama Stadium ( 0-1) avec du mieux, mais beaucoup de déchets offensifs.

Une réunion et des doutes

En marge de cette rencontre, Vincent Ponsot, le directeur du football de l’OL, et Peter Bosz ont pris part à une réunion de crise au cours de laquelle Ponsot a expliqué les griefs qui étaient reprochés à l’ancien coach de l’Ajax , de Dortmund et du Bayer Leverkusen. Selon nos informations, certains joueurs, à commencer par Alexandre Lacazette, ne comprennent pas toujours le schéma tactique plutôt défensif mis en place. D’autres cadres du vestiaire ont également contacté la direction sportive pour se plaindre de la tactique, en mettant le doigt sur le décalage entre le jeu offensif prôné dans le discours et la réalité du terrain trois milieux défensifs. Autre problème qui commence à irriter en interne, le maintien au poste de défenseur central de Thiago Mendes alors que de nombreuses voix au sein du club s’élèvent en faveur de Sinaly Diomandé.

Lors de cette réunion express, Vincent Ponsot a signifié à son coach qu’il lui restait cinq matches pour redresser la barre et ramener son équipe sur le podium de la Ligue 1 sous peine d’être évincé. Une sorte de rappel à l’ordre en bonne et due forme quelques jours après celui fait par Ponsot sur le site Olympique et Lyonnais. Et l’affaire ne s’annonce pas simple pour le coach lyonnais. Durant le mois d’octobre, l’OL va devoir se déplacer à Lens, recevoir Toulouse, enchaîner deux déplacements périlleux à Rennes puis à Montpellier avant de recevoir le 30 octobre le LOSC. Peter Bosz, qui avait assuré à l’issue du match perdu face à l’OL ne pas se sentir en danger et qu’il avait une idée précise du jeu qu’il souhaitait inculquer à son groupe, sait ce qui lui reste à faire . Vu la dynamique lyonnaise du moment, Bosz va devoir mettre rapidement en oeuvre son idée, sous peine de ne pas passer l’hiver à Lyon…

Leave a Comment